user_mobilelogo

La musique a toujours joué un rôle important dans ma vie. Mais la faire moi-même est venu bien plus tard. Jouer la guitare et chanter est pour moi une porte vers un autre univers où je trouve là une inspiration profonde, de magie, la beauté, la création, la liberté et ma passion. La connexion avec Henri et Diane m'y donne accès. De m'exprimer ainsi et d'offrir la musique au public est une joie immense.

 

Je fais de la guitare depuis mon plus jeune âge, ce qui m'a permis d'explorer et de découvrir
beaucoup de styles et de faire de riches rencontres musicales et humaines.
Je l'enseigne aussi depuis une trentaine d'années avec la même ferveur.
Un jour de bon augure, j'ai rencontré Diane et Jacqueline, deux passionnées comme moi.
Nous avons créé Mèl y Vino et depuis c'est toujours un plaisir renouvelé de faire de la musique ensemble.
Nous sommes constamment à la recherche de l'instant magique, de celui qui va droit au cœur.
Notre but est d'aller au plus profond de la réalisation de la musique et de la partager avec le public,
dans la simplicité et la générosité.

 

Comme Obélix, j’ai dû tomber, quand je suis née, dans une
marmite de potion magique. Mais la mienne, pleine de notes, de
clés de sol, de sons, de silences...
J’aime beaucoup la musique.
Le moindre accord de la mineur me fait fondre.
Quand nous étions petites, avec mes sœurs, nous chantions, très
souvent, en chœur, en canon, à tue-tête.
Je ne pouvais pas m’arrêter, et les saoulais, je pense ! avec
mes “encore, encore”.
Ce qui m’a valu, au fil du temps, de belles rencontres.
Avec François Boutin (entre autres) nous l’avons explorée dans
ses moindres recoins, ce qui nous a enrichis mutuellement.
Avec Claudia, et sa voix merveilleuse.
Avec Los Amuelos (et le charme de la musique sud-américaine)
beaucoup de belles aventures, autant musicales qu’humaines.
Depuis quelques années, je l’enseigne aussi, et me régale à la
faire découvrir, à la partager.
Et maintenant, c’est avec Mèl y Vino qu’une nouvelle aventure
commence.
La voix envoûtante de Jacqueline, et le jeu délicat d’Henri à la
guitare.